Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande et les animaux malades de la peste socialiste

Hollande et les animaux malades de la peste socialiste

lundi 23 février 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

George Orwell a écrit La ferme des animaux (Animal farm, a fairy story) où il met en scène un cochon savant, nommé Sage l’Ancien. C’est, en réalité, un cochon révolutionnaire socialiste, comblé et irresponsable. Sa compétence en politique socialiste lui vient de ce qu’il avait été proclamé lauréat de sa catégorie dans un concours de Beauté, ce qui est naturel pour un élu du Parti Socialiste, acclamé au congrès du PS ! C’est pourquoi "Sage lAncien était si profondément vénéré que chacun était prêt à prendre (pour vrai) ce quil avait à dire".

"Pour tout le monde, il était Sage lAncien". Et comme c’était aussi un cochon visionnaire en politique imaginaire, "Sage l’Ancien avait été visité, au cours de la nuit précédente, par un rêve étrange (comme la taxe à 75%) dont il désirait entretenir les autres animaux", ce dont la plupart "nentendaient pas un traître mot"…

"Avec l’âge Sage lAncien avait pris de l’embonpoint, mais il en imposait encore et on lui trouvait un air raisonnable, bienveillant même"… Pourtant, "quand il sexprimait (en privé), cétait en général par (des petites phrases en forme de) boutades cyniques… (comme contre les pauvres et les sans-dents, de Valérie chérie…)

Lui-même avait déjà pris place sur une sorte destrade

"Sage lAncien se racla la gorge puis commença en ces termes : Je désire vous faire profiter de la sagesse qu’il ma été donné dacquérir au cours de ma longue existence (politique). Je crois être en mesure de laffirmer : jai, sur la nature de la vie en ce monde, autant de lumières que tout autre animal (politique)…

"Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence ? Regardons les choses en face : nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève (où) il nous est tout juste donné de quoi survivre", après la surfiscalisation confiscatoire de Hollande "le généreux", avec l’ADA, l’argent des autres !

"Et dans linstant que nous cessons dêtre utiles, voici quon nous égorge" avec des faibles pensions de retraite toujours réduites. "Sur cette terre (de misère socialiste), il ny a pas un seul animal qui entrevoie ce que signifient des mots comme loisir ou bonheur. Et quand le malheur laccable ou la servitude, pas un animal qui soit libre. Telle est la simple vérité. Et doit-il en être ainsi par un décret de la nature ? Notre pays est-il donc si pauvre quil ne puisse procurer à ceux qui lhabitent une vie digne et décente ? Non, camarades, mille fois non ! Tous (les bobos profiteurs de la république socialiste) vivent dans l’aisance une vie "honorable".

"Le hic, c’est que nous avons le plus grand mal à imaginer chose pareille (pour la population qui travaille). Mais puisque telle est la triste réalité, pourquoi en sommes-nous toujours à végéter dans un état pitoyable ? Parce que tout le produit de notre travail ou presque, est volé par" (l’État-PS).

"Camarades, là se trouve la réponse à nos problèmes. Tout tient en un mot : (le Président normal). Car (le Président normal) est notre seul véritable ennemi.

"Qu’on le révoque, et voici extirpée la racine du mal. Plus à trimer sans relâche ! Plus de meurt-la-faim ! (Le Président normal) est la seule créature qui consomme sans produire.

"Pourtant le voici le suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâches entre eux, mais ne leur donne en retour que la maigre pitance qui les maintient en vie.

"Puis il garde pour lui le surplus… Et pourtant pas un parmi nous qui nait que sa peau pour tout bienTous les maux de notre vie sont dus (au Président normal), notre tyran. Débarrassons-nous (du Président normal), et nôtre sera le produit de notre travail.

"C’est presque du jour au lendemain que nous pourrions devenir libres. À cette fin, il faut travailler jour et nuit, corps et âme, à renverser l’engeance (du Président normal). C’est là mon message… Ne perdez pas de vue l’objectif, camarades, dans le temps compté qui vous reste à vivre… Faites part de mes convictions à ceux qui viendront après vous, afin que les générations à venir mènent la lutte jusqu’à la victoire finale.

"Et souvenez-vous, camarades : votre résolution ne doit jamais se relâcher. Nul argument ne vous fera prendre des vessies pour des lanternes. Ne prêtez pas l’oreille à ceux qui (comme le Président normal) ont des intérêts communs, à (vous faire) croire vraiment que de la prospérité de l’un dépend celle des autres. Ce ne sont que des mensonges. (Le Président normal) ne connaît pas d’autres intérêts que les siens."

"À ce moment-là, ce fut un vacarme terrifiant. Sage lAncien terminait sa péroraison révolutionnaire, quand on vit quatre (terroristes) imposants, surgis à limproviste… (Les gardiens) les ayant aperçus, ces (terroristes) ne durent le salut quà une prompte retraite… Alors Sage lAncien leva une patte auguste pour réclamer le silence. Camarades, dit-il, il y a une question à trancher. Devons-nous regarder (ces) créatures sauvages comme des alliées ou comme des ennemies ? Je vous propose den décider. Que les présents se prononcent sur la motion suivante : Les (terroristes) sont-ils nos camarades ? Derechef on vota, et à une écrasante majorité il fut décidé que les (terroristes) seraient regardés en camarades.

"Sage lAncien reprit : Jai peu à ajouter. Je men tiendrai à redire que vous avez à montrer en toutes circonstances votre hostilité envers (le Président normal) et ses façons de faireNe perdez pas de vue que la lutte elle-même ne doit pas nous changer à la ressemblance de lennemi. Même après lavoir vaincu, gardons-nous de ses vices… Toutes les mœurs (du Président normal) sont de mauvaises mœurs…

"Jamais un animal n’en tyrannisera un autre… Nul animal jamais ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égauxPareil (discours) suscita chez les animaux lémotion, la fièvre et la frénésie… Tous sétaient mis à lunisson (du 11 janvier), même les plus bouchés des animaux

"Le discours de Sage lAncien avait éveillé chez les esprits les plus ouverts des perspectives dune nouveauté bouleversante. Les animaux ne savaient pas quand aurait lieu le soulèvement annoncé par le prophète, mais ils voyaient bien leur devoir den jeter les bases. La double tâche dinstruire et dorganiser échut normalement aux cochons, quen général on regardait comme lespèce la plus intelligente. Et, entre les cochons, (l’un des) plus éminents (était) avare de paroles, (mais) il avait la réputation de savoir ce quil voulait. (Il) était un causeur éblouissant dans les débats… Cet art exerçait son plein effet au cours des discussions.

"On saccordait à dire (qu’il) avait la langue bien pendue et (qu’il) pourrait vous faire prendre des vessies pour des lanternes. À partir des enseignements de Sage lAncien, les cochons avaient élaboré un système philosophique sans faille quils appelaient (le socialisme)…

"Ils tenaient des réunions secrètes afin dexposer aux autres les principes (du socialisme)… Mais dès les débuts, ils se heurtèrent à une apathie et à une bêtise des plus crasses… Les cochons eurent encore plus de mal à réfuter les mensonges colportésÀ en croire les cochons, il existait un pays mystérieux… où tous les animaux vivaient après la mort.

"Daprès (le socialisme), ce pays mystérieux se trouvait au ciel, un peu au-delà des nuages". Dans ce pays magique et mystérieux du socialisme, "c’était tous les jours dimancheLe trèfle y poussait à longueur dannée, le sucre en morceaux abondait aux haies des champs. Les animaux se prirent à croire à l’existence de ce pays magique et les (autres) cochons eurent beaucoup de mal à les en dissuader

"Il advint que le soulèvement saccomplit plus tôt et plus facilement que personne ne sy attendait… Les animaux eux-mêmes navaient plus leur suffisance de nourriture… Cétait plus que nen pouvaient souffrir des affamés. Dun commun accord et sans sêtre concertés, les meurt-la-faim se jetèrent sur leurs bourreaux.

Et voici une situation inextricablele soulèvement sétait accompliÀ cette pensée, ils exultaient…

"La future République (démocratique et socialiste) serait bientôt proclamée (avec) le renversement définitif de la (domination du Président normal et de sa politique inhumaine)…

"Réunis en séance plénière, une motion fut votée à lunanimité : "lhabitation" serait transformée en musée et les animaux tombèrent daccord que jamais aucun deux ne sy installerait. Le nom de la Ferme du Manoir fut changé en Ferme des Animaux. C’est ensuite que furent promulgués les Sept Commandements"…

Le texte se terminait par le 7ème Commandement : "Tous les animaux sont égaux".

Et les animaux "commencèrent aussitôt à apprendre les Sept Commandements par cœur".

"À certains moments la besogne était très pénible. Mais les cochons étaient malins et ils trouvèrent le moyen de tourner la difficulté… Les cochons, à vrai dire, ne travaillaient pas : ils distribuaient le travail et veillaient à sa bonne exécution. Avec leurs connaissances, il était naturel quils prennent le commandement.

"Et chaque animal jusquau plus modeste besognait… Les animaux étaient heureux dun bonheur qui passait leurs espérances. Tout aliment leur était plus délectable dêtre le fruit de leur effort. Car désormais cétait là leur propre manger, produit par eux et pour eux, et non plus laumône, accordée à contrecœur, dun maître parcimonieux. Une fois délivrés de lengeance (du Président normal), des bons à rien, des parasites, chacun deux reçut en partage une ration plus copieuse. Et, quoique encore peu expérimentés, ils eurent des loisirs accrus. Il leur fallut faire face à bien des difficultés… Mais lesprit de ressource des cochons les tiraient toujours dembarras… Chacun œuvrait suivant ses capacités… Personne ne tirait au flanc, enfin, presque

"C’est pourquoi, une Commission de rééducation fut instituée pour les camarades réfractaires… Mais, ils ne changèrent pas de conduite, et ils mirent (toujours) à profit toute velléité généreuse à leur égard…

"Dans lensemble, tous les projets connurent léchec.

"Cest ainsi que la tentative dapprivoiser (le socialisme) avorta presque tout de suite".

On comprend que les rêves futiles de la bonne gouvernance socialiste sont des coquilles vides.

La dictature de la gouvernance socialiste interdit, à tous les dirigeants parvenus au pouvoir, de nourrir l’ambition d’élever les classes moyennes et la population qui travaille vers la vérité, le bien, la justice sociale.

Toutes ces valeurs, ils y ont renoncé pour accueillir "toute la misère du monde" et offrir aux migrants venus de l’étranger une vie "plus heureuse" et toujours plus de "bien-être", aux dépens des classes moyennes et de la population qui travaille.


Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://pasidupes.blogspot.fr/2011/0...