Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande est attiré par la dépense publique, comme "le canard est attiré par (...)

Hollande est attiré par la dépense publique, comme "le canard est attiré par l’eau"

vendredi 28 août 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Malgré les promesses maintes fois répétées de ses succès prochains sur la baisse du chômage et des impôts, Hollande n’est parvenu, ni en politique, ni en science économique, à des résultats concrets. Il a pensé à l’aide des méthodes idéologiques habituelles des républiques socialistes d’inspiration soviétique.

Il a agi à l’aide des méthodes idéologiques socialistes pour la "confiscalisation" des revenus des classes moyennes et des familles et la confiscation des libertés. Il a organisé fiscalement la "déchéance voulue" de la population qui travaille, au profit des assistés. C’est pourquoi, il est le complice du Grand Remplacement des valeurs et des peuples, avec la disgrâce voulue de la laïcité à l’école de la république.

Il a embauché Belkacine pour orchestrer la promotion des minorités sexuelles, avec la propagande du Gender et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF-LGBT. Il a encouragé la propagande islamo-religieuse et l’infiltration des militants islamistes dans les institutions de la république socialiste.

Les mystifications de Hollande, diffusées par les médias inféodés, entretiennent la confusion dans les esprits des gens. Hollande est incapable d’expliquer de manière convenable et de prédire les événements politiques ou les transformations sociales. Ce qui n’a rien de surprenant, si on considère le manque d’idées de Hollande, lorsqu’il s’agit de traiter les questions politiques et économiques essentielles du pays réel.

Le président normal ne sait faire la preuve que de son incompétence, de son impuissance et de son amateurisme. Chaque bavardage à la télé, chaque mensonge répété dans les médias, chaque impulsion du moment, sur le mode opportuniste et irréfléchi, se résume à encore du vide. Dans tous les cas, la montagne accouche d’une souris. Le culte de la formule, toujours exprimée de la façon la plus absurde possible, aboutit à la conclusion que Hollande veut attirer l’attention des médias sur lui, en vue de sa ré-élection imaginaire.

Peut-on disculper les médias de l’accusation selon laquelle ils exercent une influence exagérée, en montrant que les gens sont plus attentifs à ce que pensent leurs proches qu’à ce que disent les télés ?

Mais, tous subissent l’influence de la même propagande socialo-populiste, relayée sans cesse par les télés officielles, dignes des "JT de la Corée du Nord" ! Hollande peut croire que, si les outils de la propagande socialo-populiste n’ont pas encore conduit à des résultats importants, dans les sondages trafiqués, c’est parce qu’ils ne sont pas assez perfectionnés en matière de sophistication trompeuse et d’interprétation ambiguë.

Hollande le mystificateur peut croire, qu’en faisant un effort supplémentaire pour en améliorer la sophistication trompeuse, il sera capable d’accéder au second tour de la présidentielle de 2017.

Hollande n’a nul besoin de connaître la moindre science politique, ni économique, pour tromper et abuser la société. Comme on ne peut pas prouver que le redressement économique ne viendra pas un jour, pourquoi devrait-on souscrire, en confiance, à cette croyance illusoire de Hollande ? Il devrait admettre que, jusqu’à maintenant, il n’a rien réussi pour traiter les problèmes essentiels du pays. Les idéologues de l’État-PS n’ont nul besoin d’être honnêtes et compétents. Ils ont la mission de faire croire à n’importe quelle absurdité de Hollande. Personne, au Palais, n’a le droit de s’opposer aux divagations du président socialiste normal !

Puisqu’il a bavardé à la télé pendant trois ans sans résultats, il devrait faire preuve d’humilité. Au lieu de cela, il se comporte comme un véritable socialo-sectaire. Il "condamne fermement" tout et n’importe quoi. C’est, croit-il, pour bénéficier du prestige international ! Il imite l’insignifiant Obama et l’insignifiant Ban ki Moon qui, eux aussi, "condamnent fermement" tout et n’importe quoi, pour avoir l’illusion d’exister à la télé.

Hollande n’a nul besoin de connaître les aspects essentiels de la politique, ni la perspicacité des économistes en matière de sciences sociales ! C’est pourquoi il arrive à des aberrations grotesques, comme dans le cas de la taxe à 75%, où Hollande a montré sa capacité à raisonner sur un mode incompréhensible.

Comme Hollande est incapable d’analyser convenablement les problèmes importants, l’idéologie lui sert d’excuse, pour se confiner dans une paresse mentale de poltron. Si refuser d’avoir une vision intellectuelle étroite et bornée, dominée par une préoccupation d’utilité immédiate, est utile, rien ne peut justifier le fait de vouloir éviter toute application pratique en politique économique. Vouloir s’abriter derrière l’idéologie n’est pas la seule manière de fuir l’engagement responsable en politique.

Avec la conférence de Paris, sur l’imposture climatique, Hollande ne propose que le recours au vieux stratagème, qui consiste à esquiver toutes les questions politiques embarrassantes, pour continuer à parler d’autre chose que de l’immigrationnisme à marche forcée et du poids des réalités économiques.

L’idéologie offre un éventail inépuisable de sujets insignifiants, adaptés aux circonstances, comme la répétition constante d’expressions comme "égalité pour tous", "déconstruction" ou "solidarité". En détournant les yeux des problèmes très urgents et explosifs du moment, comme l’immigrationnisme à marche forcée, le président socialiste normal agit en croyant maintenir le statu quo, avec les gauchistes et les "verts-baveux". Il permet à Hollande de croire à l’illusion d’un soutien électoral, contaminé par les dogmes de la gauche ultra. Il espère entretenir l’illusion d’une coalition des socio-révolutionnaires et des socio-conservateurs pour 2017 !

C’est la raison principale de la poursuite stupide de cette politique socialiste erronée. C’est la dévotion aux dogmes socialistes d’autrefois, parce qu’il est plus facile de croire aux illusions que de regarder la réalité en face. En manipulant honteusement les statistiques du chômage, Hollande croit pouvoir échapper à la nécessité de réexaminer les hypothèses faussées de sa position idéologique et le mythe du socialisme à visage humain. Sans jamais dire un mot des problèmes réels, c’est le véritable écran de fumée qui satisfait ses seuls appétits re-présidentiels. C’est ce qui permet aux médias et aux télés de vendre n’importe quoi et de reproduire les distorsions et camouflages de Hollande, par tendance à la compromission et par servilité.

La république socialiste organise une infiltration continue des activistes du lobby GOF-LGBT dans les coulisses du pouvoir et dans les institutions de l’État-PS. Hollande veut continuer à "truquer" les données des questions politico-économiques. Il s’en rendra compte à ses dépens en 2017. Les électeurs blâmeront le président normal qui se cache derrière le rempart des mensonges, à propos du chômage et de l’idéologie ! Jugé sur le "champ de bataille" du chômage, Hollande est comme un général, apprécié sur la base de ses "compétences en temps de paix". C’est pourquoi, la plupart ont dû être remplacés, quand la guerre a éclaté.

Ignorant tout du jeu complexe de la diplomatie internationale, Hollande ne peut comprendre les prises de décisions indispensables, sous l’influence pernicieuse de l’insignifiant Obama, comme contre la Russie de Poutine. Hollande, qui nie la réalité, ne peut pas comprendre que le jeu impérialiste des USA n’est, en réalité, que l’accroissement de la dette de l’UE, comme avec l’Ukraine, et comme c’est toujours le cas avec la CIA.

Hollande n’a pas la moindre idée de la complexité d’une situation comme celle de l’Ukraine. Il ne peut se permettre de pénétrer profondément dans les problèmes, parce que ce genre de jeu de la CIA ne peut que reproduire les folies, les illusions collectives, la peur, la rage populaire. Hollande n’a pas le sang-froid d’un vrai chef de guerre, ce qui détermine souvent l’issue d’un combat dans la réalité. En ce qui concerne les prises de décisions, le suiviste Hollande souffre d’une faiblesse politique fondamentale, celle de l’insignifiant Obama.

Et les erreurs de la politique étrangère de Hollande résultent généralement de ce qu’il agit en fonction des hypothèses U.S., qui lui semblent si naturelles, qu’il ne lui vient pas à l’idée de les mettre en doute.

En pratique, les bavardages de Hollande se résument à des "trucs", isolés de la réalité et utilisés dans le seul but d’enfumer les gens ! Le gouvernement des États-Unis, et de l’insignifiant Obama, est le premier de l’histoire moderne à avoir détourné les principes de la vraie démocratie dans les prises de décisions. Depuis 20 ans, la politique étrangère impérialiste des USA a été, et continue d’être, une absurdité absolue, avec les gesticulations habituelles de Kerry le clown. On comprend que Benyamin Netanyahou et Vladimir Poutine ne pourront jamais rivaliser, en matière d’absurdité, avec l’insignifiant Obama et l’insignifiant Hollande !

La soi-disant plus grande nation du monde se comporte comme si elle était atteinte de la lèpre morale de la CIA. Elle est devenue indigne de participer au concert des nations. Elle doit se limiter aux misérables intrigues de couloirs, si affectionnées par son compère, l’insignifiant Hollande ! Avec la peste de l’idéologie socialiste, aucun but politique raisonnable ne pourra jamais être atteint en France.

La règle la plus élémentaire de la stratégie de la ré-élection imaginaire de Hollande, bien connue des politiciens, est d’essayer de semer la discorde entre ses amis-ennemis actuels ou potentiels, pour 2017. C’est une des raisons de la poursuite stupide de cette politique erronée, fondée sur l’idéologie socialiste, en accord avec la démonologie médiatique des "verts-baveux". Loin de vouloir agir pour lutter contre les facteurs qui aggravent les difficultés socio-économiques du pays, Hollande sollicite les "faux experts" de gauche, les spécialistes de la mystification en matière pseudo-économique, qui sont les idéologues de l’obscurantisme.

Ce sont eux qui doivent lui fournir une excuse pour se soustraire à son devoir de président normal, de dire franchement la vérité et de dénoncer les chimères de l’idéologie socialiste. Malgré cela, l’admiration béate des médias de la gauche bobo-collabo entrave la compréhension de Hollande et accroît la probabilité de ses décisions désastreuses. Ses pires erreurs viennent toujours de sa propension non contrôlée à s’illusionner.

De là, ses manœuvres politiciennes ne lui fournissent pas d’indication sûre quant au résultat de 2017.

C’est pourquoi la Ligne Bleu-Marine est la seule qui peut apporter prochainement une contribution politique valable au vrai "changement c’est maintenant". C’est ce qui explique sûrement sa popularité.

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard