Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Hollande, c’est la déchéance de la présidence socialiste (...)

Hollande, c’est la déchéance de la présidence socialiste !

vendredi 1er avril 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Quand on a déjà connu, avec Hollande, un président socialiste pour les nuls, on se demande alors : "Qu’est ce qu’un président performant ?" On a beau se gratter la tête pour rechercher des critères pertinents et des indicateurs fiables pour fixer la valeur d’un président socialiste, bon ou mauvais, on ne trouve rien. Avec Hollande, pas de recette miracle ! Force est de constater que le président socialiste de la normalitude oisive, comme on le dit si bien à Marseille, n’est pas seulement "bon à rien, mais surtout mauvais à tout" !
Chacun sait que la présidence socialiste ne jouit jamais d’une réputation acquise, tant les abus des politiciens du PS ont toujours anéanti les ressources du pays. Si on considère le palmarès des socialistes, il faut se pencher sur l’état catastrophique de la dette du pays. En clair, Hollande le président socialiste pour les nuls est attiré par la gabegie de la dépense publique comme le canard est attiré par l’eau. Le taux de réussite de Hollande, en politique étrangère, est nullissime, avec l’insignifiant Fabius, le bourgeois arrogant et ignare de la géopolitique. Le taux de réussite de Hollande, en politique intérieure est pire encore.
Et justement Hollande, à quoi sert-il ? À caser les copains en les dotant de riches rentes de situation aux dépens des contribuables et à ne rien faire comme son ami corrézien Chirac, aussi incompétent que lui.
Les politiciens du PS sont des idéologues incapables de concevoir, d’utiliser et de mettre en œuvre les bonnes pratiques en matière de politique économique et sociale. Hollande est le digne représentant de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme des politiciens idéologues du PS. Il se contente d’aller voir ce qui se passe à la télé ou dans les journaux, sans jamais rien comprendre et sans jamais rien décider.
C’est pourquoi la seule valeur ajoutée à la république socialiste ne peut être que très négative !
Hollande est bien le facteur déterminant dans l’échec et la déchéance de la présidence socialiste !
Il a le profil type des incompétences multiples des idéologues socialistes au pouvoir.
Challenges de gauche en remet une couche : François Hollande pris au piège de son incompétence ! Hollande a enterré la révision constitutionnelle, qu’il avait initiée, en même temps que la république socialiste ! Pour une fois, Ghislaine Ottenheimer enfonce le clou du cercueil de la gauche au pouvoir à C’ dans l’air :
"Pour le chef de l’État, déjà très affaibli, c’est un échec cuisant. Un couac monumental. Même s’il veut faire porter la responsabilité de ce fiasco à la droite… En proposant la déchéance de nationalité pour les binationaux, il savait qu’il légitimait une thématique exploitée par l’extrême droite avant d’être récupérée par la droite… À force d’habileté (et de manipulations politiciennes sordides), Hollande a été pris à son propre jeu.
"Il voulait confondre la droite en la privant d’un slogan. C’est sa majorité qui l’a conduit à l’impasse.
"Le Sénat (légitimiste) a voté le texte initial, tel que l’avait proposé le président de la République avant que les socialistes (dignes du père Ubu) ne mettent à mal le projet au Parlement". Constatant que le Sénat ne voulait pas se soumettre aux avanies de l’Assemblée nationale pour "se mettre d’accord", un compromis était impossible sous le diktat des socialistes. "À l’heure où Hollande connaît à nouveau une impopularité record (avec 14% de popularité), un proche lâche, fataliste : "Il a déjà payé le prix de ce cafouillage" (pour 2017 ?).
Bientôt le clap de fin ! Coupez ! On range tout ! On plie bagages ! Hollande, un président normal pour les nuls : le film est terminé. Avec Hollande et la déchéance d’un président socialiste, rien de bien nouveau ! Pour saisir le caractère de Hollande, l’audacieux inutile, il faut comprendre la portée et les conséquences de son indécision, et de ses atermoiements, devant les grands choix pour la France et la nullité crasse de sa politique étrangère. Hollande fait la guerre à la Russie, à la Syrie, à la Libye et à l’Afrique. C’est sa réponse très médiocre, face aux événements géopolitiques majeurs qui mettent le monde en danger. Hollande partage l’échec de l’insignifiant Fabius contre Bachar El Assad avec la mise à feu et à sang de la Syrie et l’invasion-submersion de l’Occident et de l’Europe par des hordes de migrants. Hollande partage l’échec de l’insignifiant Obama contre la Russie impériale en Ukraine, malgré les gesticulations médiatiques de Kerry le clown.
Les résultats politiques et économiques de Hollande sont autant d’exemples de son incompétence, de son impuissance et de son amateurisme. Hollande, l’audacieux, a fait devant le monde entier la preuve de son incapacité à diriger le pays, à contribuer à changer l’Europe, et à prendre ses responsabilités.
Challenges de gauche dénonce l’abandon (le renoncement) de la réforme constitutionnelle et met en ligne les réactions politiques : Valls, l’irresponsable, fustige la droite sénatoriale. Sarkozy condamne Hollande qui a créé les conditions de l’échec. Marine Le Pen : "De cet échec, il est seul responsable". Mélenchon : "Bonjour les dégâts. Hollande, c’est l’amateurisme et le chaos ! Bon, reste la loi El Khomri et lui-même dont il faut se débarrasser. Le retrait c’est maintenant ! Pour le Parti communiste français  : "L’échec présidentiel est cinglant. Voilà ce qui arrive quand on veut courir sur les terres de la droite et de l’extrême droite…" Pierre Lellouche : "Aujourd’hui l’enfumeur est enfumé et paye le prix d’avoir voulu faire des coups politiciens…"
L’Obs de gauche se veut servile et clément : "Hollande a "tranché" ( ?). Au terme d’une séquence de quatre mois entamée au lendemain des attentats du 13 novembre, le chef de l’État a annoncé qu’il renonçait à réviser la Constitution et à convoquer le Parlement en Congrès à Versailles…" En clair, écoutez Hollande, qui a préféré capituler :"Je déplore profondément cette attitude !" Quel constat ! Et surtout, quelle clairvoyance !
Un compromis pour sa réélection lui paraît vraiment hors d’atteinte. Hollande, c’est bien, aux yeux de tous, le responsable, élu par défaut en 2012, de la véritable "déchéance de la présidence socialiste" !


Thierry-Fejeux Michaud Nérard


Voir en ligne : http://ripostelaique.com/hollande-c...