Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > "Esprit trompeur du 11 janvier, es-tu là ?" Le spiritisme socialiste en (...)

"Esprit trompeur du 11 janvier, es-tu là ?" Le spiritisme socialiste en action dans le Doubs !

lundi 2 février 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Les mystifications socialistes du spiritisme et de "l’esprit trompeur du 11 janvier" sont en guerre contre la démocratie. L’Obs de la propagande socialo-populiste se déchaîne contre Sophie Montel, candidate dans la 4ème circonscription législative du Doubs. Le "mythe" du message Hollandophile, né de la "soi-disant marche républicaine" de Hollande en campagne, du 11 janvier, doit appeler les électeurs de la 4ème circonscription du Doubs à battre la candidate de l’extrême droite dixit L’Obs, c’est-à-dire la candidate Front National. Arrivée en tête ce dimanche 1er février 2015, L’Obs met en scène "un texte qui montre que l’eurodéputée Front national s’inscrit dans la droite ligne des positions de l’ancien chef et fondateur du parti, Jean-Marie Le Pen".

Sa faute, être, depuis longtemps, la "pourfendeuse de la "discrimination anti-française"… faisant référence à "l’intégration des populations issues de l’immigration" et non à "la population française".

"Le PS ? "Des collabos de l’immigration" et "les pratiques d’une société oublieuse de la loi naturelle où l’on laisse s’épanouir les tortionnaires pédophiles"… Un "parti qui s’est illustré par des corrompus et des détourneurs de fonds publics et des dilapideurs de l’argent des contribuables, des collabos de l’immigration invasion et des marchands de misère qui font tout… pour s’accrocher à leurs mandats et à leur prébende".

À en croire le fumeux Renaud Dély, l’éternel habitué des "plateaux télé de la gauche bobo", Sarkozy aurait rendez-vous avec "l’esprit du 11 janvier", c’est-à-dire l’esprit trompeurde la gauche bobo. Vivant dans le péché de la droite honteuse, il aurait "une seconde chance, une chance de se rattraper". De quoi ? Le Dély d’opinion ne le dit pas. Le péché de Sarkozy : "il a semblé mal à laise au fil de ce mois de janvier tragique qui a vu le pays "faire corps" face au terrorisme. Sans commettre dimpair grave, il a "donné limpression" de subir ces moments (de la mise en scène d’une soi-disant) unité nationale" fictive et de circonstance, pour la télé…

Ensuite Renaud Dély "le fumeux funeste", qui milite pour la réélection du candidat Hollande en 2017, se lâche : "Ces moments d’"unité nationale" qui se sont concrétisés autour du Président de la République François Hollande qui, par fonction, a fait figure de "totem républicain". Ben voyons ! Yapuka y croire !

Hé ! L’Obs, faut pas trop pousser quand même ! Ça continue, avec un Renaud Dély "transmuté" en "conseiller politique" socialiste sans titre : "Sarkozy sest contenté dun jugement sibyllin… Pas à la hauteur des circonstances. Lui (qui) aurait eu "tant à gagner à prendre de la hauteur"… Il aurait acquis une stature nouvelle… Au lieu de vouloir réveiller laffrontement partisan au fil de prestations médiatiques…"

"Esprit trompeur du 11 janvier, es-tu là ?" "Si "lesprit du 11 janvier" a un sens, alors, Sarkozy na dautre choix que dappeler les électeurs du Doubs à voter pour le candidat socialiste Frédéric Barbier pour battre la candidate dextrême droite Sophie Montel. Renvoyer dos-à-dos PS et FN… ce serait infliger un coup de poignard à la belle unité républicaine qui sest affichée aux yeux du monde…", surtout à la télé inféodée de la gauche bobo. "Quand lessentiel est en jeu (pour un poste dévolu aux socialistes), les républicains doivent savoir se retrouver par delà leurs différences et oppositions légitimes. Le Dély d’opinion, le fidèle journaleux, et toutou socialiste de L’Obs, fait preuve d’un lyrisme socialo-populiste "chauffé à blanc" contre le vote FN.

Ce qui importe, c’est que la propagande socialo-populiste du type Dély d’opinion, relayée sans cesse par la télé officielle digne des "JT de la Corée du Nord", essaye de convaincre le peuple ignorant de rejeter le "complot frontiste" ourdi par l’extrême droite et de répondre dans le sens usurpé de la "marche républicaine" du 11 janvier ! Il faut, comme à Gaza, une frontière infranchissable entre le peuple et la démocratie, "entre les partis républicains, de droite comme de gauche, fidèles aux idéaux universalistes des Lumières, et lextrême droite repliée sur ses fantasmes identitaires". C’est la nouvelle maladie de la "fantasmo-identitaro-phobie" !

Évidemment, Renaud Dély "le fumeux" redoute les effets désastreux, pour la "gauche manipulatrice", du précepte : "Dans le Doubs-te, abstiens toi !", ce qui ferait les affaires du soi-disant "complot frontiste", dans les urnes de la démocratie honteuse, dans son rôle d’opposition à François Hollande, dimanche prochain.

Un autre Renaud, le Renaud Février, pose la question : "FN, Front républicain ou abstention ?" Il croit que "la nécessité d’un front républicain face au FN révèle une des lignes de fracture du parti" deSarkozy, alors que le soutien des copains de l’UDI et l’absence de candidat MoDem n’ont pas suffi… pour mystifier les électeurs de la législative partielle dans le Doubs. L’UMP et la "clique des pro-Kiev en campagne" se lance : "Dimanche soir, l’ancien ministre UMP Dominique Bussereau a lancé les hostilités… appelant à voter PS pour barrer la route au Front national… Jean-Pierre Grand a acquiescé en jugeant que "tout autre choix serait un "message mortel" de soutien aux candidats d’extrême droite"… La droite et le centre ne peuvent passer qu’un seul message, dire non au FN… Ce soir l’UMP ne peut qu’appeler au rejet du vote FN…" NKM continue : "Si j’étais confrontée à cette alternative, je voterais pour le candidat socialiste opposé au Front national…"

"L’ancien ministre UMP, Thierry Mariani, de la Droite populaire, a exhorté l’UMP à être fidèle à sa ligne "ni front républicain, ni Front national". Sinon, "nous perdrons notre crédibilité"…"

"L’ex-ministre Bruno Le Maire a opposé un "non" au Front républicain. Parce que c’est une solution de facilité, c’est une manière de se défausser, de ne pas chercher ses responsabilités, de ne pas élaborer un discours fort, de propositions qui puissent convaincre les électeursune façon de dire à tous les électeurs qui ont voté pour le Front National "vous ne faites pas partie de la République"…a conclu Bruno Le Maire".

Luc Chatel pense que "les électeurs vont avoir le choix entre le FN et le parti qui fait monter le FNLe front républicain n’est pas une option pour nous…" Pour Henri Guaino,"le front républicain est une folie !"

Selon Audrey Salor, "Le socialiste Frédéric Barbier a créé la surprise en devançant le candidat de l’UMP. Il affrontera dimanche la frontiste Sophie Montel, sortie en tête… "On a cru que c’était perdu"… Malgré un taux d’abstention supérieur à 60% et la concurrence de quatre candidatures de gauche (EELV, Front de gauche, LO, communiste), le PS, qui misait sur "l’esprit du 11 janvier", a pu se qualifier pour le second tour…

"Crédité de 28,85% des suffrages, Barbier affrontera dimanche la candidate FN Sophie Montel, sortie sans surprise en tête du scrutin (32,6%). Un soulagement pour les socialistes, qui pourraient donc, à la faveur d’un front républicain, conserver l’ancien siège de Pierre Moscovici, démissionnaire après sa nomination à la commission européenne…" Tout ça pour conserver un poste et continuer à tromper les électeurs !

Audrey Salor peut conclure : "Ce dimanche, le PS a sauvé les meubles. Il a aussi perdu beaucoup d’électeurs", après avoir perdu son âme. Un témoignage : "Quand j’ai voté Hollande en 2012, je pensais qu’il allait faire une politique de gauche. Les gens ici n’en peuvent plus, ils se sentent méprisés".

Mais pour les fidèles croyants, les adeptes de la république socialiste, la chanson est tout autre : "On espérait plus de prise de conscience. Ça me fait toujours un peu hérisser que les gens ne viennent pas voter".

Les électeurs ont éliminé le candidat de la fausse droite, le honteux Demouge, "celui qui voulait foutre les Français dehors", le candidat rêvé de la misère de la démocratie, le candidat UMP anti-raciste vulgaire qui a déclaré à la télé : "Moi je vous dis, cest les bons petits blonds qui memmerdent, cest pas les gens de limmigration". Le front républicain des usurpateurs, c’est le degré zéro de la démocratie ! Valls en campagne affirme péremptoirement que le candidat PS M. Barbier "est désormais le candidat de tous les républicains" !

Les copains et les coquins de l’UMPS ont bien compris, lors du vote de ce dimanche 1er février 2015, où était l’ennemi viscéral des combines maffieuses politico-politiciennes. C’est pourquoi ils crient : "Haro sur le FN !" C’est-à-dire : Haro sur la démocratie ! Et avec ça, ils veulent encore nous faire croire à la politique !

Hé ! Comme on dit en Italie : "Les gars, dans le Doubs, dimanche prochain, Foutez-les dehors !"

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.medias-presse.info/tag/m...