Accueil > WW III > Ce que Obama a dit à Poutine au téléphone récemment

Ce que Obama a dit à Poutine au téléphone récemment

par Claire Langoulant

vendredi 8 juillet 2016

Un rapport étonnant du Service de renseignement extérieur russe (SVR) circulant dans le Kremlin daté du 7/07/2016, dit que, pendant la « conversation téléphonique » du président Poutine avec le président Obama hier, ce dernier a déclaré que Washington DC était en plein « chaos politique » après que l’ancien président Bill Clinton ait menacé de « détruire tout le monde » avec ses « fichiers chantage » si jamais, sa femme, Hillary Clinton, devait être inculpée pour les crimes qu’elle a commis contre le gouvernement et le peuple américains.

Selon ce rapport, le président Poutine a été contraint d’appeler le président Obama personnellement après que les commandants militaires russes qui tentent de finaliser un accord lancé par les Américains concernant la Syrie et proposé par le leader américain la semaine dernière, ont été constamment rabroués par le Pentagone.

Craignant que le président Obama ne soit plus le véritable responsable de ses propres forces militaires, ce rapport continue, le président Poutine a pris sur lui-même, hier, d’appeler personnellement le président Obama concernant cet accord de coopération militaire plus étroite entre les États-Unis et la Russie en ce qui concerne la Syrie.

Cependant, au cours de cette conversation, le président Obama a détaillé au président Poutine le chaos dans lequel se débat le gouvernement américain en raison de la menace de l’ancien président Clinton.

Comme les paroles exactes échangées entre le président Poutine et le président Obama soient d’un niveau élevé de sécurité et ne peuvent être rapportées, les agents de renseignement russe en ont laissé filtrer ce qui suit concernant l’effet dévastateur des faits entourant Hillary Clinton et son mari.

1) La pleine connaissance du fait que le Kremlin était en possession de tous les e-mails à partir de serveurs informatiques privés de Hillary Clinton, ce qui a été rendu public le 6 mai et ce qui a été confirmé cette semaine par les experts du FBI et des États-Unis.

2) Le président Poutine, le 13 mai, avertissait les commandants militaires en déclarant « Si Hillary Clinton est élue, c’est la guerre ! »

3) Le Comité d’enquête (SLEDCOM), le 19 mai, a ouvert un dossier pour crimes de guerre contre Hillary Clinton sur son obtention illégale millions-de-dollars en pots de vin du régime saoudien meurtrier.

4) La déclaration du SVR du 2 Juin, que le mari (Shahriar Zolfaghari) de la procureure de l’État de la Géorgie Camila Wright, qui enquêtait sur l’ancien président Bill Clinton et Jeffery Epstein co-fondateur de sa Fondation Clinton, pour les frais sexuels sur des filles-mineures (pédophilie) a été abattu. [le nombre de morts tués par les Clinton monte]

5) Le rapport du SVR, le 13 Juin, que Hillary Clinton avait été lié aux meurtres d’Orlando de la chanteuse pop Christina Grimmie et de près de 50 gays sous faux drapeau.

6) Le rapport du SVR du 23 Juin, que l’ancien président de l’ONU, John Ashe, a été retrouvé mort à son domicile par des agents du FBI qui allaient l’escorter afin qu’il témoigne devant un grand jury d’accusation d’Hillary Clinton. [le nombre de morts tués par les Clinton monte]

7) La déclaration du SVR du 28 Juin, que la Cour suprême des États-Unis, dans une décision sans précédent, a donné à Hillary Clinton une carte « sortir de prison » pour les nombreux pots de vin qu’elle a reçus. Autrement dit, Hillary est absoute de ses crimes.

8) La déclaration du SVR du 28 Juin, que l’ancien président Bill Clinton a tenu une réunion secrète avec la procureure générale américaine Loretta Lynch, durant laquelle les derniers détails ont été mis au point pour une « exonération totale » d’Hillary Clinton.

9) La déclaration du SVR, le 30 Juin, que, en récompense de ce qui est ci-dessus, une fois élue présidente des USA, Hillary Clinton allait conserver Loretta Lynch comme procureure générale des États-Unis.

10) Le rapport SVR que, le 1er Juillet, le hacker Guccifer, qui a été en mesure de pirater tous les e-mails d’Hillary Clinton, a été découvert absent de sa cellule américaine de prison par des agents du FBI. Personne ne sait ce qu’il est devenu. [le nombre de tués par les Clinton monte]

11) Le rapport SVR que le 1er Juillet, la procureure générale des États-Unis, Loretta Lynch, fait une déclaration publique qu’elle respecterait la décision du directeur du FBI, James Comey quant à savoir si des accusations seraient déposées contre Hillary Clinton.

12) Le rapport du SVR que, le 2 Juillet Hillary Clinton a été interrogé par le FBI.

13) Le rapport du SVR que, le 5 Juillet, le directeur du FBI James Comey a prononcé un discours à l’échelle nationale dans lequel il a détaillé l’ensemble des crimes d’Hillary Clinton relative à ses secrets emails, mais a ensuite dit qu’il ne recommandait pas de poursuites.

14) Le rapport du SVR que, le 5 Juillet, le président Obama a fait une apparition publique avec Hillary Clinton, quelques heures après l’exonération par le directeur du FBI Comey, et qui a déclaré qu’il était « prêt à passer le relais » à la Clinton.

15) Le rapport du SVR que, le 6 Juillet, le procureur général des États-Unis Loretta Lynch a publié une déclaration, que, non seulement Hillary Clinton n’est accusée d’aucun crime, mais qu’aucun de ses complices criminels ne le serait non plus.

Les analystes du renseignement du SVR qui ont contribué à ce rapport notent que, par l’exonération par le régime Obama d’Hillary Clinton, non seulement il annule 6 lois pénales fédérales américaines, mais, aussi, il déshonore le FBI et ternit sa fameuse réputation.

Ainsi donc, avec l’exonération d’Hillary Clinton, ce rapport continue, la réputation des États-Unis d’être une nation ayant des lois applicables de la même manière à tout le monde, est détruite.

Ceci est particulièrement accablant quand on constate que :

(a) la Chine a condamné, la semaine dernière, l’un de ses hauts responsables politiques à la prison à vie pour avoir accepté des pots de vin, et

(b) la Russie, également la semaine dernière, a destitué deux de ses hauts commandants militaires pour le simple soupçon de négligence dans leurs fonctions.
Pour savoir pourquoi les Clinton ont été autorisés à poursuivre leur saga criminelle durant 25 ans en dehors des lois applicables à tous les Américains, ce rapport conclut, il est clair que ceci est uniquement du aux dossiers massifs de chantage que l’ancien président Bill Clinton a compilé sur de nombreux politiciens, banquiers et élites, tous de très haut niveau (et qu’il a menacé de publier si Hillary Clinton était poursuivie).

Ces dossiers contiennent des vidéos et des photos d’eux ayant des rapports sexuels avec des esclaves sexuelles mineures fournies par Jeffery Epstein, et que tous les médias américains connaissent, mais sont trop terrifiés pour en parler ou publier.

Claire Langoulant