Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Bienvenue au Wellbekistan, "l’ennemi de l’intérieur" (...)

Bienvenue au Wellbekistan, "l’ennemi de l’intérieur" !

vendredi 9 janvier 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Notre meilleur ennemi est bien notre ennemi intérieur, car "notre décadence est une chute sans fin".

La presse en profite ! "Je suis Charlie" est devenu le slogan à la mode, le signe de soutien supposé des médias qui lavent "plus blanc que blanc", pour rappeler Coluche et sa critique de "la pub", des journaleux et des politiciens véreux, qui font ça "avec votre argent !" À qui profite la polémique qui entoure "la sortie de "Soumission", son dernier roman, le retour de la foi, la place des femmes en Occident ?"au Wellbekistan !

L’écrivain Michel Houellebecq, "l’auteur de "Soumission", "se soumet" aux questions de L’Obs", écrit Aude Lancelin, qui espère une prophétie, ou une prédiction, et qui interroge : "Un roman qui "pourrait" devenir une réalité ? Une "vision" dont l’effet pourrait être délétère ? Vers un parti musulman ? Les thèses de Renaud Camus sur "le Grand remplacement" ? Houellebecq et "la gauche", la fin de la love story ?"

Aussitôt, le dérapage : "Je ne sais pas au juste ce que craignent les "droites" extrêmes"…

Avec de tels journalistes de la gauche bobo, on ne doit pas craindre le choc de la désinformation !

Voici la Réponse de sa Seigneurie, l’Ambassadeur du Wellbekistan :

"Probablement, cest mon talent qui a rendu impossible de faire de moi un ennemi possible… Je ne corresponds pas, pour la gauche, à l’ennemi classique. Je n’agresse pas le politiquement correct. Je le traite comme un phénomène étrange, saugrenu, que je vois de très loin, comme s’il ne me concernait pas vraiment.

"Ceci me permet de traiter les choses avec humour, tout en les prenant au sérieux. Je pose des questions auxquelles la gauche ne peut pas répondre. La droite non plus, dailleurs." (Aude Lancelin)

La question n’est pas dans le talent, mais dans le profit usurpé et dans "l’envie" des médiocres.

Dans Challenges de gauche, du groupe de "L’Obs", un Jérôme Lefilliâtre condamne :"Houellebecq mise sur laffreux, sale et méchant pour faire recetteTiré en première impression à 150.000 exemplaires par son éditeur Flammarion, il est précédé dune rumeur médiatique polémique qui lassure quasiment d’un grand succès… Houellebecq sinscrit… dans une discussion politique très actuelle qui… fait la fortune en librairie du journaliste Eric Zemmour… Avec Soumission, les palabres vont redoubler, multipliant les ventes…" 

Après la Zemmourophobie ignare et arrogante des médias de la gauche caviar, voici venu le temps de la Houellebecquophobie  ! Jérôme Lefilliâtre en bave : La preuve : "L’auteur est l’invité du 20 h de France 2 privilège (usurpé) rare pour un homme de lettres". Ensuite, le coup de pied de l’âne haineux : "Et il a déjà été piraté ! La semaine dernière, un pdf numérisé a circulé illégalement pendant deux jours sur la plate-forme américaine Scribd (où lon peut trouver facilement et gratuitement les œuvres précédentes de lécrivain). Si la lecture illicite en ligne est courante dans lédition, il est rare quelle survienne avant la sortie officielle du livre, d’autant plus quand il sagit dun best-seller en puissance, parcimonieusement distribué par léditeur".

Si le Jérôme Lefilliâtre n’est sûrement pas un jaloux, bête et méchant, il est pourtant "revenu à ses fantasmes" filasses envieux : Voilà, c’est bien fait pour toi et c’est tant mieux si tu es déjà piraté ! "Atteindra-t-il la barre symbolique du million de ventes ? … à faire fantasmer tout Saint-Germain-des-Prés".

"Houellebecq pourrait bien dépasser ce chiffre… Si c’est le cas, il générera des revenus supérieurs à 20 millions d’euros, déduction faite de la TVA pour le secteur de l’édition. Sur ce chiffre d’affaires, "l’ermite du 13ème arrondissement" touchera au moins 15%…" C’est une honte, après la disparition de la taxe à 75 % sur les très hauts revenus promise par François Hollande, l’ennemi déclaré de la finance, le 27 février 2012.

Avec la nouvelle Houellebecquophobie, la Cabale anti-Houellebecq doit continuer le combat contre l’islamophobie. Si l’islamophobie et l’homophobie sont des maladies graves, il faut que la Zemmourophobie, "médiatiquement contagieuse" avec la Houellebecquophobie, soit traitée en absolue priorité.
Pour faire suite à la Zemmourophobie galopante, on a pu lire, publié dans Culture Politique Religion, le 06 janvier 2015 : "Cabale anti-Houellebecq ; Une nouvelle fatwa contre lislamophobie  : "La gauche a désigné tour à tour l’Éloge littéraire dAnders Breivik, de Richard Millet, LIdentité malheureuse, dAlain Finkielkraut et, enfin, Le suicide français, dÉric Zemmour pour quils les lynchent sans retenue. Chaque fois, le propos du livre est déformé et l’auteur traîné dans la boue. Ne l’a-t-il pas cherché en critiquant le multiculturalisme, en doutant des bienfaits de l’immigration ou en dénonçant l’islamisation de notre société ?"

Le blog de Francis Richard aide à faire le point le 9 janvier 2015 : "Le mot islam veut dire soumission. Le titre du dernier roman de Michel Houellebecq n’est pas choisi par hasard. Il est question d’islam dans "Soumission" et de… soumission. En 2017, François Hollande a été réélu et son 2 ème quinquennat a été aussi médiocre que le premier. L’histoire débute en 2022, au moment du premier tour des élections présidentielles qui lui donneront un successeurPendant la soirée du premier tour des élections présidentielles, la candidate du Front national, Marine Le Pen, étant arrivée largement en tête avec 34,1 % des voix et celui de la droite traditionnelle étant éliminé avec 12,1% des voix, il faut départager le candidat qui lui sera opposé au second tour : celui du PS ou celui de la Fraternité musulmane, parti créé cinq ans plus tôt. C’est ce dernier qui finit par l’emporter, dans un mouchoir, avec 22,3% des voix contre 21,9%…"

Et Francis Richard de conclure : "Ce livre est une fiction qui pourrait bien se produire en France, pour des raisons purement démographiques… Dans cette hypothèse, Michel Houellebecq construit un scénario on ne peut plus probable, compte tenu de ce qu’on peut savoir des pays dirigés par des musulmans…"

Ce à quoi, Philippe Maxence, a ajouté dans le Figaro : "Le romancier a mis en scène pour une France endormie l’élection tranquille d’un président islamique et la mise en place de la charia dans notre beau pays anciennement chrétien. Après Zemmour, cela fait beaucoup pour le petit monde médiatico-politique"… qui condamne ainsi le messager pour nier le message : "Avec Soumission, Michel Houellebecq menace ni plus ni moins la République, la paix sociale, l’intégration des communautés dans l’espace français et européen".

On croit entendre les délires de haine de la goujaterie insigne du sieur Edwy Plenel ! Il est clair pour tout le monde que cet agité du bocal, plutôt insignifiant dans ses excès insultants, n’est pas une lumière.

Yves Delahaie, dans le Plus de L’Obs, démonte la forfaiture et la conduite vulgaire, péremptoire et totalitaire d’Edwy Plenel "le fourbe", au sujet du livre de Michel Houellebecq.

"Edwy Plenel n’a eu de cesse de reprocher aux médias (de) donner une tribune libre aux xénophobes en tout genre, et tout particulièrement (aux) "islamophobes"… Edwy Plenel a sombré dans (la démence), une caricature pathétique, ne niant pas "ne pas avoir lu" le livre de Michel Houellebecq qu’il semble condamner sans le connaître, puisqu’il reproche que l’on puisse accorder à l’auteur et à son livre (un) temps d’antenne

"L’islamophobie pour Plenel, ce n’est pas seulement la haine des musulmans. C’est la contestation et la mise en question de l’islam…" Et le bienheureux proclame : "Je ne débats pas avec des opinions racistes."

En lisant la Revue de presse des hebdos, sur le site atlantico, on apprend que "L’Express" n’a pas pu, ni su, ni voulu apprécier "Soumission" : "Christophe Barbier n’a pas du tout goûté le dernier opus de Michel le sulfureux…" Selon lui : "Michel Houellebecq n’est pas un bon écrivain, mais il est un auteur important… Cette fois, Michel Houellebecq rate son coup… Incapable de prévoir une situation politico-culturelle, il est obligé de la fantasmer". Mais n’est pas là, la façon propre au romancier ? Barbier n’a rien compris au film. Et il perd les pédales : "Histoire d’achever l’auteur, le journaliste affirme : "Eric Zemmour et Michel Houellebecq (…) placent le "problème musulman" au cœur des années à venir. Même si l’essayiste parle de "suicide français" et le romancier de "soumission" (quel est le pire destin ?), c’est, entre leurs lignes, l’analyse du FN qui s’écrit"…

Suit l’analyse critique du site atlantico : "Ce jugement a-t-il quelque chose à voir avec le fait que le romancier met en scène le journaliste dans son livre, "l’écharpe (rouge pour se faire remarquer) en berne, (en train de) se traîner misérablement d’un plateau de télévision à l’autre, impuissant à commenter une mutation historique qu’il n’avait pas vu venir, que personne, à vrai dire, n’avait vu venir" ("Soumission", p. 200) ?"

Lydia Guirous a dénoncé, dans le Figaro, l’hypocrisie de la gauche médiatique : "On a crié aux loups lorsque je disais que l’islam se radicalisait dans les cités… On a crié aux loups lorsque Zemmour a parlé d’une France au bord de la guerre civile… On a crié aux loups à la sortie du roman de Michel Houellebecq… et aujourd’hui ceux-là qui muselaient il y a quelques heures la liberté d’expression, pleurent en son nom".

Tous des Charlots ! Tous ensemble, tous ensemble... Le communiqué des journalistes soi-disant unis comme "personne" doit se lamenter pour amuser la galerie, avant de se dégonfler : "Lensemble des Société des journalistes des rédactions du Monde, des Echos, de l’Obs, de Télérama, de Rue89, de Radio France, de RFI, de l’Agence France-Presse, de l’agence AEF, du Point et de l’Express, condamnent lacte de terrorisme inqualifiable perpétré ce jour au siège de Charlie Hebdo. Nous, journalistes, tenons à exprimer notre profonde tristesse, ainsi que notre colère et souhaitons témoigner de notre soutien à nos collègues, aux policiers et à leurs familles touchés par cet effroyable attentat. En les prenant pour cible, les assaillants ont attaqué la liberté et la démocratie. Inlassablement, les journalistes défendront ces valeurs, ce droit inaliénable à la liberté d’expression. Nous sommes tous des Charlie…" Assurément, ce sont tous des Charlots ! Tous ensemble, tous ensemble... pour défendre le vide des mots de la gauche au pouvoir, comme "liberté" et "démocratie" !

Le petit Joffrin proclame sa "foi" dans Libé, le 8 janvier 2015 : "Les terroristes ont déjà perdu… Ils n’ont aucune chance de faire prévaloir leur folle tyrannie. Non, la République (socialiste) n’est pas morte !…

"Elle vit par la réplique donnée par les autorités religieuses, et notamment par celle des représentants musulmans, émouvants dans leur indignation…Lair du temps intellectuel et politique voudrait (que les démocraties socialistes) soient sur le déclin, en décadence, que lindividu des droits de l’homme, déraciné, sans principes ni traditions, se détourne du bien commun et se perde dans une liberté laissée à elle-même…"

Dans le même temps, dans le Point, "Gabriel Matzneff déplore le puritanisme et la censure dans la presse et l’édition françaises". Dans le Figaro : "Boualem Sansal, écrivain, insiste sur la nécessité de débattre, en vérité, de la place grandissante de l’Islam radical en France, après le tragique attentat de Charlie Hebdo

"Le crime a touché ce que les Français considèrent comme leur bien le plus précieux, la liberté de parole. Ce crime va certainement relancer, et de manière très clivée, le débat sur l’islamisation de la France amorcé dans les médias au moment de la sortie du dernier opus de Michel Houellebecq".

Selon le chroniqueur du Plus de L’Obs, Bruno Roger-Petit : "Michel Houellebecq enflamme la rentrée (avec) "Soumission"… "L’islamisation" de la France n’est pas le sujet du livre… telle que nos grands oracles intellectuels… Zemmour, Ménard, Polony… la prophétisent à longueur d’émissions de télévision… La prise du pouvoir par un président "musulman" dans "Soumission" n’est qu’un prétexte…"Soumission" est le roman de la démission des élites, de leur propension à la collaboration, de leur soumission

"Non, le vrai sujet, c’est la soumission et collaboration des élites, à commencer par cette trahison des clercs", leur "soumission à tout pouvoir", pourvu qu’il ait une apparence légale.

"Dans "Soumission", tous les journalistes en vogue se vendent au nouveau régime

"La soumission, c’est celle de toutes les (soi-disant) élites médiatiques."

Ivan Rioufol met en cause "les donneurs de leçons qui ne veulent pas voir ce nouveau totalitarisme coranique… tous ceux qui ne cessent de s’aveugler sur la montée en puissance de l’islamisme dans les cités françaises… C’est pour se protéger de son intolérance et de sa violente judéophobie que 7 000 Français juifs ont quitté la France en 2014, nous alertant ainsi du pire… François Hollande refuse de parler des "ennemis de l’intérieur".(Ceux qui) refusent de voir les faits, se rendent complices de l’islamo-fascisme qui nous a déclaré la guerre… La France est en guerre… Son ennemi est l’islam radical, l’islam politique, l’islamisme djihadiste".

Selon le Point, François Hollande, après l’attentat contre "Charlie Hebdo" a appelé vendredi, ni plus, ni moins, à "refuser les caricatures". Bernard Anthony avait stigmatisé, sur son blog, le vide de la pensée du nouveau Mac Mahon : "Pitoyable réaction de François Hollande déclarant sentencieusement quil s’agit d’un attentat "terroriste" (sic) ! Le dernier des benêts s’en serait douté ! Nul n’imagine un attentat humanitaire  !"

Conclusion : Houellebecq est un provocateur, il est bien un "empêcheur de penser en rond" !

Dr Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD


Voir en ligne : http://www.theguardian.com/books/20...