Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Après la ligne bleue des Vosges, la Ligne Bleu-Marine

Après la ligne bleue des Vosges, la Ligne Bleu-Marine

jeudi 12 novembre 2015, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Alexis de Tocqueville a écrit : "Ce qui jette le plus de confusion dans l’esprit, c’est l’emploi qu’on fait des mots : démocratie, institutions démocratiques, gouvernement démocratique.
"Tant qu’on n’arrivera pas à les définir clairement et à s’entendre sur la définition, on vivra dans une confusion inextricable, au grand avantage des démagogues et des despotes".
En réalité, avec la tyrannie idéologique de propagande socialo-populiste de la république socialiste de Hollande, l’audacieux inutile, ce qui jette le plus de confusion dans les esprits des Français, c’est que l’esprit de la France éternelle, tout comme les mots : démocratie et gouvernement démocratique, a perdu tout son sens. La confusion qui règne dans les esprits est le fait de la propagande éhontée des idéologues en tablier laïcards du GOF-LGBT, des démagogues et intellos socialo-populistes, des activistes de la CEDH et des bureaucrates oisifs de l’UE, aussi néfastes que tous les bureaucrates médiocres qui sont planqués à l’ONU.
La confusion qui règne dans les esprits est au service des despotes de l’impérialisme américain et de l’OTAN, pour la conquête absolue du mondialisme affairiste, contre les peuples, pour la guerre en Ukraine et en Orient, contre Damas, et pour la dictature de l’État Islamique et les mensonges du social-traître Erdogan.
Tant qu’on n’arrivera pas à s’opposer clairement à l’imposture de l’UE, en faveur du traité américano-impérialiste du TAFT, et à s’entendre sur la définition de la politique pour la défense des intérêts de la France, on vivra dans une confusion inextricable, au grand avantage de la mondialisation de l’impérialisme américain.
Contrairement à Hollande, l’audacieux inutile, le Général de Gaulle, le Président de la république de tous les vrais Français, avait des convictions et il défendait partout et toujours une certaine idée de la France.
Il était attaqué sans cesse et sur tous les fronts par les journaleux de la médiocrité, ces social-traîtres dénoncés par Lénine, agissant toujours au service de l’anti-France. Nadine Morano a bien fait de citer les paroles du Général de Gaulle, ce qui nous a encouragé à relire le livre d’Alain Peyrefitte : "C’était de Gaulle".
Alain Peyrefitte : "Si les choix du Général de Gaulle étaient approuvés par les masses, ils étaient déchirés… dans les dîners en ville, dans les éditoriaux… Le contraste était constant entre la chaleur populaire et l’aigreur d’une "classe dirigeante"… qui s’exaspérait de ne plus diriger".
En clair, du temps de la grandeur de la France, grâce à l’action déterminante du Général de Gaulle, la ferveur populaire l’emportait sur la médiocrité des profiteurs et des pseudo-élites d’une "classe dirigeante"… qui s’exaspérait de ne plus pouvoir "dominer" le peuple de France, par ses mensonges et ses manipulation de la fausse démocratie, sous le vocable aujourd’hui à la mode de "l’affront ripoublicaïn".
Citations du Général de Gaulle :
"Les journaux n’ont aucune importance.
"Je crois même que le fait qu’ils me desservent finit par me servir".
Rien de nouveau sous le soleil politico-médiatique des journaleux complotistes, les intellos-bobos-collabos au petit-pied, qui finiront malgré eux par servir la confiance des gens dans la Ligne Bleu-Marine.
"Les journaux n’ont aucune importance.
"Il n’y a qu’à les laisser pérorer…
"Le gouvernement ne pérore pas, lui…
"Quand il parle, c’est pour agir… (Hollande, prends-en de la graine !)
"Il ne le fait pas pour faire plaisir aux journalistes…
"Les journaux donnent une importance démesurée à des choses qui n’en ont aucune.
"Les journalistes ne cherchent qu’à remplir leurs colonnes.
"Ça leur permet de vendre du papier…
"Plus ils pataugent, mieux ça va.
"Ils racontent des bobards, ils se démonétisent…"

Alain Peyrefitte : Le Général de Gaulle "se comporte en responsable… en Président…
"Il agit ainsi parce que c’est "l’intérêt de la France"…"

Citations du Général de Gaulle :
"Nos partenaires (européens) ont une certaine discipline nationale, même s’ils sont dans l’opposition.
"Sur un problème international, même s’ils sont en désaccord, ils font bloc.
"Cette débandade n’existe que chez les Français. Jamais un conservateur anglais ne dira du mal de son gouvernement travailliste à l’étranger et réciproquement…"
Alain Peyrefitte : "Right or wrong, my Country" (Qu’il ait raison ou tort, c’est mon pays !) Citation d’un toast célèbre du commodore américain, Stephen Decatur, prononcé en 1816 à Norfolk, États-Unis."

Citations du Général de Gaulle :
"Chez nous, ce n’est pas une manie, c’est un vice.
"C’est la raison pour laquelle le régime d’assemblée et le règne des partis, c’est impossible en France.
"On ne peut pas laisser gouverner les partis.
"Les partis sont anti-France, automatiquement…"

Si Florian Philippot a l’esprit et la sagesse de continuer à s’inspirer des idées du Général de Gaulle, alors bienvenue à la Ligne Bleu-Marine, dans l’esprit et dans l’honneur de la vraie France éternelle.
On a pu lire dans les LETTRES, NOTES ET CARNETS du Général de Gaulle :
"Le chef a pour rôle d’agir. Disposant de certains moyens, il les applique dans le but de réaliser un certain résultat. On peut comparer l’unité qu’il commande à un système de forces…
"Chaque force représente une unité ou une spécialité subordonnée.
"Il a à obtenir du système un travail donné. Son rôle est de donner à chacune de ces forces le point d’application (généralement l’objectif) et la direction convenables pour que la résultante du système réalise le travail voulu. Cette opération, on l’appelle en langage courant : l’action.
"Mettre les moyens en œuvre, c’est-à-dire discerner le but à atteindre grâce à eux, les orienter de façon à y parvenir, les conduire et les coordonner dans leur action, c’est le rôle des chefs.
"Rien ne peut les remplacer.
"Rien ne peut faire que les moyens s’orientent, se lient, se mettent en œuvre par eux-mêmes.
"Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire des sociétés humaines qu’une entreprise de guerre ou de paix ait duré ou même existé sans que des hommes fussent élevés au-dessus des autres pour la conduire.
"Et l’humanité est si bien consciente du rôle joué par les chefs, elle connaît tellement la vanité de tous les efforts, l’inanité de tous les moyens, s’ils ne sont pas commandés, qu’elle a inventé la Gloire pour payer ceux qui réussissent et qu’elle leur donne ainsi largement la plus belle récompense qui puisse être :
"Vivre dans la mémoire des hommes !"

Dr Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://pages14-18.mesdiscussions.ne...