Accueil > Paroles d’Hommes et de Femmes

Paroles d’Hommes et de Femmes

La mémoire socle de solidarité intergénérationnelle

La valorisation de la parole des anciens en dehors des espaces culturels balisés n’était auparavant pas à l’ordre du jour. Cela semble changer…. Mais quelle relation entretenons-nous aujourd’hui avec nos « vieux »….

Un écrivain public, qu’est ce que c’est ? ça existe encore ? Un homme public, une femme publique, un mercenaire de l’écriture mais qu’est ce qu’il vient faire chez les personnes âgées, dans nos villes et cités. On ne faisait pas de faute à cette époque-là. On était bien éduqué pas comme ces jeunes d’aujourd’hui que l’on ne voit que pour faire la photo de famille annuelle ou pour demander quelques argents… mais, il est également biographe. Ah, il pourrait peut-être parler de moi pour que l’on ne m’oublie pas !

Loin d’être caricaturales ces quelques remarques sont à la base des motivations individuelles et collectives des personnes âgées ou de leurs enfants qui font appel à ce médiateur familial que devient aujourd’hui l’écrivain public. Le biographe écrivain privé est un terme à la mode mais ce terme est en soi source d’individualisme, d’égo littéraire. Il va à l’encontre du processus de création de lien social et familial qui va être au cœur de l’action de médiateur social intergénérationnel que peut devenir l’écrivain public. Comment un des plus vieux métiers du monde peut-il insuffler une dynamique de dialogue intergénérationnel dans la famille dans la société ?

La mémoire familiale est une source de lien social et familial si elle est considérée comme telle dès le départ de l’aventure biographique, de la collecte du récit de vie. La demande individuelle biographique est rarement formulée dans l’objectif de faire participer l’ensemble des membres d’une famille mais l’attente est là, informulable car elle remettrait en cause sa propre construction familiale. Loin de l’hagiographie, la collecte et mise en forme de la mémoire doit faire participer l’ensemble des générations pour que le récit, l’écrit devienne le prétexte au dialogue, le prétexte à la transmission de valeurs individuelles et collectives. Historien, sociologue, animateur intergénérationnel, la multicompétence est inhérente à cette activité, et l’écoute le cœur de la réussite. Les enfants coupés de leurs origines familiales ont souvent du mal à se projeter dans l’avenir. Une écriture intergénérationnelle peut répondre à ce handicap.

Un tiers-acteur peut permettre de renouer un dialogue. L’objet du travail de l’écrivain public est de faire bouger, le corps familial, pour le faire mûrir, grandir et créer du lien. Du corps familial au corps social, il n’y a qu’un pas tant l’attitude de l’écrivain est au cœur de l’action. Face au délitement du corps familial, face au délitement du corps social dans l’environnement institutionnel des personnes âgées, l’action des écrivains publics peut donner aux institutions d’hébergements, d’animations des personnes âgées un prétexte à une meilleure interconnaissance entre les acteurs des soins physiques et psychologiques et les résidents. Un récit de vie mis en valeur dans une institution induit une meilleure connaissance des individualités, une meilleure reconnaissance des parcours et richesses, un meilleur respect entre les acteurs du dialogue, soignants, personnes âgées, personnels de services. Chaque « vieux » a sa valeur que l’on peut mettre en avant dans l’institutions mais également auprès des écoles, collèges, lycées, des centres sociaux, des maisons de quartier. La personne âgée peut devenir un acteur du maillage social, la transmission de son savoir le prétexte pour créer un lien intergénérationnel, un prétexte pour redonner un rôle social à de nombreuses personnes en situation d’exclusion intellectuelle et physique. (ex service de long séjours, maisons de retraite)

Le rôle de l’écrivain public en dehors de l’aspect purement technique de l’écriture est d’être un outil au service d’une politique de création de lien social, voire même en être à l’initiative. Comme il faut éduquer chaque acteur de la famille à écouter et participer à une œuvre collective, l’écrivain public peut, en s’appuyant sur les multiples réseaux d’acteurs de la gérontologie, association, réseaux d’encadrement de la jeunesse, être à l’origine d’un développement d’un lien, d’une action intergénérationnelle au prétexte de la collecte et de la valorisation de la mémoire des aînés. Le travail s’effectue en deux temps, éduquer les corps intermédiaires, les former à l’intergénérationnel à travers le prétexte de constitution d’un corpus en présence des jeunes et anciens ; créer un certain nombre d’animation culturelle atour de la valorisation de ces récits avec l’aide des jeunes et anciens qui y ont participé. L’objectif : faire que chacun reconnaisse l’autre comme un acteur à part entière d’un projet commun, faire vivre l’ensemble dans sa commune, redonner un rôle social, donner l’impulsion à la collectivité pour que les corps intermédiaires, association, clubs, animateur des jeunes et anciens puissent continuer la démarche en diversifiant le projet. L’écrivain public doit ensuite s’effacer pour laisser vivre les acteurs intergénérationnels, les créateurs de liens. L’inter-génération est un projet politique local, l’écrivain public en étant l’outil. Tout le travail sur la collecte et la valorisation de la mémoire de la Libération devant les jeunes sarcellois, Mémoire de la Libération là où habitaient les habitants de sarcelles d’aujourd’hui est partie de ce principe. Ce travail intergénérationnel de Mémoires et Culture Croisées continue en 2006 à travers un nouveau travail sur le parcours migratoire de l’ensemble des comnunautés qui forment aujourd’hui la population de sarcelles. L’histoire de là-bas à ici, racontée par les aînés sarcellois devant les jeunes et mis en valeur par ces mêmes jeunes.

L’Education Nationale, du CE2 à la Terminale, est également un champ d’intervention où l’intergénérationnel devient un atout pédagogique au service des professeurs et élèves. L’outil biographique, la présence d’un aîné relatant son expérience personnelle et professionnelle permet aux professeurs d’incarner un savoir à transmettre (notamment dans les matières suivantes, français, histoire, éducation socio culturelle, arts plastiques). La narration d’un récit de vie permet aux élèves de faire chaire les mots et maux des aînés, de comprendre qu’ils peuvent également poser ces questions auprès de leurs familles.

Le travail, 100 témoins-100 écoles, actuellement mené avec des migrants retraités d’origines francophones au sein de lycées et collèges sur l’ensemble du territoire, se veut un outil de développement de réflexions, d’études sur le parcours migratoire et les difficultés d’intégration. Un des objectifs de l’intervention des aînés au sein de l’Education Nationale est de faire comprendre que les processus migratoires sont de tous ordres pas uniquement Sud/Nord, que les problématiques liées aux migrations et aux conflits sont malheureusement communes à l’humanité ; de réfléchir sur les modes de représentations des migrants (à travers la presse, les livres) ; de réfléchir sur son propre environnement ; d’où viennent mes camarades en classe. La recherche de témoins volontaires par le tissus associatif français, ou local est ici indispensable à la réussite du projet pour l’ancrer dans un territoire.

Familles, collectivité locale, Clic, institution scolaire, centres sociaux, maisons de quartier, résidences de retraites, hôpitaux, autant de terrains d’interventions où il est nécessaire de proposer des politiques d’actions intergénérationnelles, des actions de resocialisation des aînés mais également des jeunes grâce aux aînés…

Mais vous n’êtes plus écrivain public me direz-vous ? Si, le texte est le prétexte à la création de lien social, l’écrivain public est devenu un technicien et praticien de l’écoute, un médiateur de citoyenneté…

Mais quelle est votre légitimité pour devenir cet acteur intergénérationnel ?
Le plaisir de créer du lien, de respecter chaque acteur et de donner un rôle social à tous…. Le plaisir de faire un métier de service public, d’œuvrer à un socle commun de solidarité intergénérationnelle….
A bientôt…
Frédéric Praud