Accueil > Veille "habitat, logement et collectivités locales" > De notre envoyé spécial à Bunus : les entretiens d’Inxauseta

De notre envoyé spécial à Bunus : les entretiens d’Inxauseta

lundi 1er septembre 2008

Notre envoyé spécial aux entretiens d’Inxauseta nous propose ce papier :


En direct d’Inxauseta (corresp.)

La ministre Christine Boutin a du tempérament, on le savait, mais à l’applaudimètre, Louis Besson a été largement gagnant.

Au palmarès des recalés, Sabine Baietto (1) voulant remplacer Philippe Pelletier(2) s’est vue refuser la tribune par le grand organisateur.

La Ministre n’a pas été chahutée, juste appelée à plus de mesure et à entendre les partenaires sur sa loi, ce à quoi elle a répliqué que tout était encore ouvert, elle a même fait un appel à des idées innovantes au service du logement pour tous, sachant quelle ne souhaitait pas à priori fermer tout d’un seul coup. On a senti que le 1 % avait gagné quelques mois et encore quelques millions d’euros... la Ministre a reproché aux banques leur manque de prise de risques et a porté l’accusation de contribuer à limiter l’accession populaire à la propriété. L es banques ont répondu qu’il n’existait que peu de risques liés aux subprimes en France parce qu’elles géraient correctement leurs portefeuilles clients, et bien que certaines d’entre elles aient acheté des fonds contenant des subprimes, mais pas en quantité suffisante pour faire courir des risques, les banques ne courraient pas comme dans d’autres pays, à la catastrophe. Par ailleurs elles ont rappelé à la Ministre leur gestion impeccable de leurs clients pour ne pas retomber dans des catastrophes sociales du surendettement lié à l’accession.

Tout le monde sait que la crise est là, chacun cherche quand et comment redonner de la fluidité aux parcours, en testant, fléchissant, réfléchissant des actions et des idées mais tout en posant la question fondamentale de la solvabilité des ménages face aux charges du logement et du produit logement finançable par eux sur un moyen long terme.

· Quelques perles en vrac : L‘article 55 (SRU) n’est pas une fin en soi, c’st pourquoi il faut le rediscuter, la CDC doit se rappeler qu’il n’y a pas de garantie à demande sur les PLAI car l’Etat lui a confié la mission de garantir les PLAI ; on doit atteindre les 500 000 logements constructibles par an, malgré l’impossibilité de la chaine de production d’arriver actuellement à ce chiffre, sur les 500 000 logements on devrait faire 120 000 HLM, 60 à 80 000 privés et 300 000 accessions, mais les privés voudront ils continuer ?
· Bonne ambiance, beau temps, fromage délicieux


(1) Sabine Baïetto-Beysson (56 ans), ingénieur civil des mines, Inspectrice générale de l’Equipement, a été nommé directrice générale de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) en septembre 2007. Elle était depuis 2003 chef de la mission interministérielle d’inspection du logement social (Miilos), le « gendarme » des HLM. Elle a, entre autres, été directrice de l’Anpeec (1988-1993) et de l’Etablissement public d’aménagement de la ville nouvelle de Sénart (1983-2002) puis de la SEM d’aménagement du XVe arrondissement à Paris (2003-2003).

(2) Philippe Pelletier est avocat et, notamment, président de l’Anah

Une seule question demeure : comment était le vin ?
Cordialement,
G.L.